5 stratégies pour combattre le « blackout » pendant une présentation

28 04 2014
  • Cette semaine je vous offre une nouveauté, une réponse-vidéo à une question qui m’a été posée!

J’espère que vous apprécierez.

« Lorsque je présente devant un groupe je ne suis pas capable

d’aller plus loin que mes 3-4 premières phrases.

J’ai un blanc total et je ne sais plus du tout ce que je dois dire.

Y a t il quelque chose à faire? »

Voyez ci-dessus ma réponse en vidéo

 

Publicités




Extinction de voix: prévention et remèdes.

8 04 2014

Il y a quelques semaines j’ai vécu une douloureuse semaine avec une extinction de voix.

J’aurais voulu avoir lu cet article sur le blog de Jean Sommer, expert de la voix et de la prise de parole en public avant que cela ne m’arrive, mais voilà je l’ai lu après.

Je le partage avec vous aujourd’hui: Extinction de voix: prévention et remèdes par Jean Sommer  afin que vous ne viviez pas cette douleur pour nous orateur d’être sans voix!





Le volume sonore et le conférencier : faites-vous entendre et soyez efficace

28 01 2014

Note : cet article est une traduction de l’article Volume and the Public Speaker: Be Heard and Be Effective par Andrew Dlugan. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Si vous donnez une présentation magistrale, mais personne ne peut vous entendre, à quoi cela sert-il?

Avant que votre message ne puisse atteindre puis transformer votre public, votre voix doit être entendue par votre auditoire. Cela paraît évident, mais je suis consterné par le nombre de fois où  je dois faire un effort pour entendre un présentateur.

Dans cet article, j’examine les stratégies pour se faire entendre et faire varier le volume de la voix  pour améliorer votre efficacité.

Objectif n°1: être entendu!

Votre premier objectif est d’être aisément entendu par tout le monde dans le public. Si la salle ne peut entendre votre voix, vous ne pouvez pas livrer votre message.

Voici quelques stratégies pour vous aider à mieux vous faire entendre:

Stratégie n°1 – Réduisez le bruit et les distractions

Tout autre bruit que votre voix sera une distraction pour votre auditoire.

Fermez les portes et les fenêtres pour éviter tous les bruits de balayeuse, de  tondeuse à gazon, du traffic, ou tout autre bruit extérieur. Utilisez votre bon sens, s’il fait trop chaud dans la pièce et que vous vous sentez mal à l’aise, vous pourriez avoir besoin de vivre avec certains bruits extérieurs.

Ne faites pas, vous-même, de bruits dérangeants.

Évitez de  faire cliquer nerveusement votre stylo.

Ne portez pas de bijoux bruyants.

Évitez de porter des vêtements qui font du bruit lorsque vous vous déplacez.

Si nécessaire, confrontez les bavards. Cela peut être gênant de jouer à la police, mais pour ceux qui veulent vous écouter vous avez la responsabilité de le faire.

Ne parlez pas par-dessus des rires ou des applaudissements. C’est une erreur très commune de commencer à parler lors que les gens n’ont pas fini d’applaudir. Résultat : votre public n’entend pas les premiers mots qui sortent de votre bouche – atroce! Soyez patient et attendez votre tour.

 

Stratégie n°2 – Réduisez la distance avoir votre auditoire

Le son est la vibration mécanique d’un fluide, qui se propage sous forme d’ondes longitudinales grâce à la déformation élastique de ce fluide. Si vous diminuez la distance entre vous et votre public, vous serez inévitablement mieux entendu.

Alors, rapprochez-vous ! Cela peut faire la différence.

  • Déplacez votre public vers vous.  Lorsque je donne séminaires d’entreprise, j’avance souvent les chaises et les tables de 10 pieds vers l’avant. Cela ne prend que quelques minutes, et ça me permet d’éviter de forcer ma voix durant toute la formation. (Cela permet aussi à mon auditoire d’être plus près de l’écran- un autre avantage !)
  • Déplacez-vous vers votre public. Peut-être que votre public ne peut pas se rapprocher (fauteuils fixes dans un  théâtre, par exemple). Dans ce cas, essayez de vous approcher plus.
  • Bloquer les sièges à l’arrière. Si vous savez que votre public est moins nombreux que le nombre de sièges disponibles, bloquer les sièges à l’arrière. Cela les fera s’asseoir plus proche.

Habituellement, vous n’avez pas le choix du lieu, vous devez faire avec ce qui vous est offert. Mais si vous avez le choix, essayez de faire correspondre la taille de la salle et la taille de votre auditoire. S’adresser à 30 personnes dans un auditorium amène des défis inutiles.

Capture

Stratégie n°3 – Augmenter le ton pour atteindre la personne dans la dernière rangée

  • Projetez votre voix. Il ne faut pas seulement parler plus fort, mais aussi parler avec plus de résonance. Il faut de la pratique.
  • Utilisez un micro. Si un micro est disponible sur le lieu de votre présentation, vous devriez l’utiliser. Mais si vous n’êtes pas habitué à parler avec un micro, il vous faudra pratiquer.
  • A.R.T.I.C.U.L.E.Z.  C’est incroyable comment le fait de se concentrer uniquement sur ​​l’articulation augmente considérablement le ton de votre voix.
  • Adoptez une bonne posture. Tenez-vous debout et penchez-vous légèrement vers l’avant. Votre voix portera plus loin.

Stratégie n° 4 – Adaptez-vous

  • Questionnez votre auditoire  C’est sûr, ce n’est pas agréable, mais si vous doutez, demander au public s’il vous entend. Rechercher des commentaires positifs de gens dans le fond de la salle. Vous démontrez ainsi que vous vous souciez d’eux.
  • Rechercher les informations non- verbales de votre public. Doivent-ils forcer pour vous entendre ? Font-ils un pavillon avec la main derrière l’oreille? Vous devez parler plus fort.
  • Le micro ne fonctionne plus? Agissez rapidement. Faites approcher le public ou parlez plus fort.

 

Objectif n°2: être efficace!

Ok, maintenant, votre public vous entend bien.

Super.

Mais cela ne suffit pas.

Afin de maximiser votre efficacité, vous devez varier votre ton de voix

de manière stratégique durant la présentation.

  • Variez le volume. Parler tout le long de votre présentation sur le même ton (doux ou fort) endort assurément une salle en un rien de temps. Tout comme vos gestes et vos mouvements  créent un intérêt visuel, varier le ton de votre voix crée un intérêt vocal.
  • Mettez l’accent sur des mots ou des phrases ciblées en parlant plus fort ou moins fort.
  • Reflétez le contenu émotionnel avec des changements de ton. Par exemple, lorsque vous relatez une histoire triste, le volume de votre voix devrait naturellement diminuer. Inversement, lorsque vous partagez une histoire dynamique ou avec un punch, le volume de votre voix devrait augmenter. Vous emporterez, littéralement, votre public avec vous en modulant votre voix selon le contenu.
  • Finissez vos phrases en force. Baisser le ton de la voix à la fin des phrases est une erreur communément commise par plusieurs présentateurs, c’est souvent causé par le fait qu’ils cherchent du regard leurs notes. Résultat ? Le public peut complétement manquer le ou les dernier(s) mot(s)de votre phrases, affaiblissant ainsi votre impact.
  • Partez fort. Ce n’est pas une règle stricte, mais généralement une bonne idée d’ouvrir la présentation un cran plus fort que la moyenne. Vous attirez ainsi l’attention et démontrez votre enthousiasme.
  • Finissez fort. Ce n’est pas non plus une règle, mais parler plus fort contribue à créer une fin entraînante et empreinte de confiance confiant entraînante. C’est particulièrement vrai  si vous tentez de persuader ou de motiver.

Crédits photos: Flickr





Quand votre pire cauchemar devient réalité: la déconfiture de Michael Bay

11 01 2014

Le réalisateur hollywoodien (entre autres des films Transformer et Armageddon) avait une présentation, somme toute,  assez simple à faire sur  les téléviseurs à écran incurvé lors du dernier

Le pire cauchemar des organisateurs de la conférence de presse Samsung à Las Vegas lors du Consumer Electronic Show (CES) qui se tenait à Las Vegas du 7 au 10 janvier semble s’être réalisé. Lire le reste de cette entrée »





Langage non verbal: un résumé en image

24 11 2013

Bien que cette infographie soit en anglais, je voulais la partager avec vous.

Si certains d’entre vous veulent un traduction, je pourrais travailler la dessus.

Gengo_body_language_otSource:  Public Words le blog de Nick Morgan





Apprenez à connaître votre auditoire, c’est la clé de votre succès

21 09 2013

Aujourd’hui, je vous propose mon adaptation – et tentative de traduction- de la grille « A.U.D.I.E.N.C.E. Analysis » de Lenny Laskowski, spécialiste de l’art oratoire et des présentations depuis plus de 25 ans.

Si vous nous lisez régulièrement, vous connaissez l’importance de bien préparer votre matériel à l’avance afin de disposer de suffisamment de temps pour répéter et « affiner » votre discours. Malheureusement, ce n’est pas suffisant pour assurer que votre discours ou présentation sera bien reçue.  Lire le reste de cette entrée »





Pourquoi devriez-vous apprendre à devenir un bon storyteller?

9 09 2013

Qu’est-ce qu’un orateur moderne pourrait bien gagner à manier l’art du storytelling?

Le storytelling, cette technique qui consiste à transmettre un message en racontant une histoire, est de plus en plus utilisé dans le monde de la communication publique.

Si cela peut sembler étonnant à première vue, cette technique – lorsque bien maîtrisée – peut donner des résultats concrets: une plus grande mobilisation de son auditoire, une amélioration du passage à l’action de la part de ce même public, etc. Lire le reste de cette entrée »








%d blogueurs aiment cette page :